Les manuscrits et les vitraux par Patrick Mensior..................

A la une du site  

Moteur de recherche

Rennes le Chateau CDrom
Le CD-ROM

Chronologie Parchemins Village Sté Secrètes News Voyage RLC Crédits Le tourisme dans la région de Rennes le Chateau
Tourisme
Rennes le Chateau, le livre du mois
Livre du mois
B.Saunière Procès Bâtiments Etudes/Rech Fouilles ? GPS menu4
Personnages Hypothèses Eglise Bibliographie Reportages Album Photo menu1
L'histoire Documents Alentours Liens Forums Revue presse menu2 Atelier Empreinte bookshop of Rennes le Chateau
Librairie
Mises à jour P.Annonces CyberEspace Livre d'Or Webcam Bonus menu3
Cartes postales Fonds d'écran Economiseur Web TV Newsletter I.R.Chat Email

Rennes le Chateau

L'abbé Bigou, curé de Rennes-le-Château

par Patrick Mensior

Les années qui suivent la prise de la Bastille et les idées nouvelles qui apparaissent alors n'épargnent pas l'ensemble des représentants de l'Eglise officiant sous la première République naissante.

Bien au contraire, cette dernière est ferme et ne fait aucune concession à ses curés. Isolés par le pays entier, ils doivent faire face à de majeures difficultés et surmonter chaque jour leurs nombreuses inquiétudes. Pour comprendre ce que subissent au quotidien les prêtres du pays, certains documents sont très éloquents. (Cliquer sur les documents pour les agrandir)

Le climat est on ne peut plus hostile. La nouvelle loi votée le 26 août 1792 contraint, dès le mois de septembre, Antoine Bigou, comme nombreux de ses confrères, à prendre la fuite en se réfugiant en Espagne. Quelques mois plus tôt, le 20 février 1891, il avait prêté serment mais celui-ci fut invalidé. Lors de son départ précipité, il abandonne les quelques biens et effets qu'il possède à Rennes-le-Château.

Peu après, l'administration, comme pour se dédommager, se charge d'inventorier, de mettre sous séquestre, et enfin de vendre aux enchères les possessions du curé fuyard.

Du premier mars mil sept cent quatre
vingt treize An 2ème de la République Nous
Maire officiers municipaux et procureur de la
commune de Rennes raportons qu'en exécution
de la loy du 12 février 1792 à nous envoyée
Concernant le séquestre des biens du émigré -
Vu que le nommé Bigou cy-devant curé de ce lieu
a été en Espagne ou ailleurs sans avoir pretté son
serment que nous ignorons le lieu de sa résidence
et présumé être émigré nous nous serions transporté
ce jourd'huy dans une maison à lui appartenante
ou nous naurions rien trouvé et pour mettre
la susdite loi a exécution nous avons établi
pour séquestres et gardiens du fruit provenant
des possessions appartenants audit Bigou les
citoyens François Sausede et François Fallet
dit petitou messagers de Rennes que nous
avons enjoint de veiller avec exactitude et que
nous avons chargé de la gestion du bien acquis par
ledit Bigou dans le terrain dudit lieu de Rennes 1°
Consistant en une petite maison trois champs une
vigne et un jardin lesquels dits séquestres ont
accepté ladite gestion a eux confiée et ont promis
de s'en acquitter et de ce dessun avons dressé le présent
procès-verbal signé de nous et de notre sec greffier
non lesdits séquestres et artozoul qui ont dis ne savoir de ce requis
lequel a laissé tout ces biens au pouvoir
d'Antoine Artozoul de ce lieu qui nous a dit
le tenir en afferme et a offert de rendre
compte cependant des fruits croissants par
Rennes 1° que neuf à dix cheze vieilles de
paille et une roue pour la broche avec
une cornue aussi vieille.

 

 

 

 

L'abbé Bigou ne reviendra jamais à Rennes-le-Château. Il décède le 21 mars 1794 dans une petite bourgade près de Sabadell.

L'ensemble du dossier Bigou sera publié par Pierre Jarnac dans le prochain numéro de Rennes-le-Château Le Bulletin, à paraître en novembre 2002.

Patrick Mensior

Recevez les mises à jour du site, inscrivez-vous sur notre Newsletter

Inscription Désinscription

© 1997-2002 - Tous droits réservés. Nombre de connectés sur le site :