Les manuscrits et les vitraux par Patrick Mensior..................

A la une du site  

Moteur de recherche

Rennes le Chateau CDrom
Le CD-ROM

Chronologie Parchemins Village Sté Secrètes News Voyage RLC Crédits Le tourisme dans la région de Rennes le Chateau
Tourisme
Rennes le Chateau, le livre du mois
Livre du mois
B.Saunière Procès Bâtiments Etudes/Rech Fouilles ? GPS menu4
Personnages Hypothèses Eglise Bibliographie Reportages Album Photo menu1
L'histoire Documents Alentours Liens Forums Revue presse menu2 Atelier Empreinte bookshop of Rennes le Chateau
Librairie
Mises à jour P.Annonces CyberEspace Livre d'Or Webcam Bonus menu3
Cartes postales Fonds d'écran Economiseur Web TV Newsletter I.R.Chat Email

Rennes le Chateau

Les manuscrits et les vitraux

par Patrick Mensior

Le premier décodage du plus grand des deux parchemins est livré en 1978 par Franck Marie dans son "Etude Critique". Il est ensuite repris en 1991 par Henry Lincoln dans "Le Message" où l'auteur précise notamment que la solution lui a été communiquée par Gérard de Sède. Le document a été décrypté en partant de certaines anomalies inscrites sur la stèle de la marquise de Blanchefort permettant de composer le mot-clé "Mortépée" et en utilisant plusieurs fois la table de Vigenère. Le résultat final, obtenu par le saut du cavalier, est une parfaite anagramme de l'épitaphe augmentée des mots latins "prae cum". Dès lors, faut-il en conclure que le lien existant entre la stèle et le grand manuscrit est antérieur à une présumée découverte de celui-ci dans l'église ? Pour répondre à cette question, il faut reprendre la chronologie des faits.

Dès les premiers écrits rapportant l'histoire de Bérenger Saunière, la majorité des auteurs prétend que le curé de Rennes-le-Château s'est rendu à Paris sur les conseils de son évêque Mgr Billard pour confier le décryptage des manuscrits à des spécialistes religieux.

Dans les pages 55 à 60 de "L’Héritage de l’Abbé Saunière", Claire Corbu et Antoine Captier présentent un texte racontant les aventures de l'ancien curé. Cette histoire, enregistrée sur une bande magnétique, est diffusée dans les années 1955/56 par le narrateur Noël Corbu aux visiteurs de son restaurant "La Tour". C'est dans ce texte qu'est évoqué pour la première fois le déplacement du prêtre dans la capitale. Dans son récit, le restaurateur situe ce voyage dès le lendemain de la découverte de manuscrits faite par Bérenger Saunière dans son église au cours du changement de l'autel en février 1892 (1). Noël Corbu précise toutefois qu'il n'existe aucune confirmation de ce voyage.

Dans son ouvrage, "L'Or de Rennes" paru en 1967, Gérard de Sède fixe ce même épisode au début de l'année 1893. Vingt ans plus tard, dans "Rennes-le-Château, le Dossier, les Impostures, les Phantasmes, les Hypothèses", ce même auteur écrit : « Mais ce qu’il y a de plus énigmatique dans le voyage de Bérenger Saunière à Paris, que nous croyons pouvoir situer au cours de l’été 1891, … ». Jean-Luc Chaumeil, quant à lui, précise le départ du curé pour Paris en mars 1892 dans "Le Trésor des Templiers".

Il est donc clair que cet hypothétique évènement de la vie de l'abbé Saunière (il n'en existe aucune preuve), est entouré du plus grand flou historique. Peu importe ! Tous ces informateurs s'accordent à dire que, de retour à Rennes-le-Château, le prêtre rapporte dans ses bagages le message "BERGERE PAS DE TENTATION QUE POUSSIN TENIERS GARDENT LA CLEF PAX DCLXXXI PAR LA CROIX ET CE CHEVAL DE DIEU J'ACHEVE CE DAEMON DE GARDIEN A MIDI POMMES BLEUES". Or, la fin de cette phrase "à midi pommes bleues" m'a interpellé.

Dans l'église Sainte Marie-Madeleine, au cours de jours ensoleillés de janvier, à midi vrai, un phénomène lumineux apparaît. Les rayons du soleil, alors bas sur l'horizon, transpercent un vitrail du mur sud de l'église et projettent sur le pan opposé un arbre se déplaçant de gauche à droite et d'où, parmi ses fruits, se détachent "trois pommes bleues". Arrivé à son extrémité droite, l'effet finissant son mouvement disparaît soudainement.

Que faut-il savoir sur les vitraux ?

A la page 73 de leur ouvrage commun, Claire Corbu et Antoine Captier indiquent : « En 1887, il (l'abbé Saunière) commande des vitraux à la maison Henri Feur (2) de Bordeaux,… ». René Descadeillas dans sa "Mythologie du Trésor de Rennes, page 17" dit aussi : « En même temps (en 1887), l’abbé s’était occupé de remplacer les vitraux. ». Pierre Jarnac écrit à la page 143 de son "Histoire du Trésor de Rennes-le-Château" : « Le 30 septembre 1887, la maison Henri Feur lui délivre une facture de 1.350 francs pour des vitraux qu’elle a placés dans le chœur et la nef. ». Dans "Le Fabuleux Trésor de Rennes-le-Château page 77", Jacques Rivière apporte quelques précisions supplémentaires : « Les magnifiques vitraux qui décorent, aujourd’hui, l’église ont été posés par la maison Henri Feur de Bordeaux, le peintre-verrier met son travail en place, en septembre 1887 et délivre une facture de 1350 frs. ».

Ces auteurs, qui s'appuient tous sur les documents personnels du curé, semblent unanimes à dire que la commande des vitraux a été passée en 1887. Dans sa séance du 8 avril 1888, le Conseil de Fabrique accuse en dépense la somme de 2.478 francs "pour le paiement de lourdes réparations faites à notre église dans le courant de l'année 1887". Par ailleurs, sans connaître de dette au curé, nous savons qu’il utilisait souvent l'étalement des paiements de ses factures. Parfois même, il attendait une lettre de relance de certains créanciers. Concernant les vitraux, deux documents ont été publiés : un état des règlements de l'abbé Saunière à Henri Feur avec un dernier versement de 309,70 francs pour solde de tout compte (C.Corbu-A.Captier, "L'Héritage" page 89), et un duplicata de 1905 pour reçu de 4 règlements effectués par l'abbé Saunière pour la somme de 1.350 francs, le premier intervenant le 30 septembre 1887 (J. Rivière, "Le Fabuleux Trésor" page 76).

Tous ces témoignages tendent à démontrer qu'en 1887, Bérenger Saunière effectua un premier versement au peintre-verrier pour acompte d'une seule et même commande de l'ensemble des vitraux qu'il solde ensuite par 3 autres remboursements, le 12 avril 1897, le 26 avril 1899 et le 7 janvier 1900, c’est-à-dire au fur et à mesure que ses finances permettront d’honorer sa commande initiale. La villa Béthanie, construite sur plusieurs années, en est un exemple significatif. En ce sens, l'abbé Saunière apporte un élément déterminant puisqu'il précise lui-même dans le discours qu’il prononce en l'honneur de Mgr Billard venu en visite à Rennes-le-Château le jour de la Pentecôte 1897 : « Depuis votre dernière visite (juillet 1889), dans le sanctuaire, deux nouvelles fenêtres, ornées de riches vitraux, continuant à reproduire les principaux traits de la vie de notre illustre Patronne sont venues s’ajouter à notre belle rosace et donner ainsi et plus de régularité et plus de lumière à la partie essentielle de la maison de Dieu. ».

Or, si une commande passée en 1887 intéresse les vitraux du sanctuaire, l’un d'eux (la résurrection de Lazare) produit le phénomène des trois pommes bleues. Dans ce cas, il paraît douteux que le curé soit rentré d'un voyage à Paris en 1891, 1892 ou 1893 muni d'un décodage du manuscrit signifiant ce même effet de lumière ! Ce détail pourrait confirmer que les manuscrits et leurs messages ont été élaborés peu avant l’époque où ils apparaissent littérairement ! Le débat est ouvert …

Patrick Mensior

(1) Le changement de l'autel eut effectivement lieu en juillet 1887, une découverte de document(s) fut réellement faite dans le balustre lors du démontage de l'ancienne chaire en 1889.

(2) Pierre Henri Feur est né le 18 juillet 1837 à Bordeaux. D'abord élève de Joseph Villiet, il devient son collaborateur puis son successeur le 15 août 1877. Il décède le 18 mai 1925. Plusieurs années auparavant, son fils Marcel avait repris la société.

Recevez les mises à jour du site, inscrivez-vous sur notre Newsletter

Inscription Désinscription

© 1997-2002 - Tous droits réservés. Nombre de connectés sur le site :